Pages Navigation Menu

Lutte contre les violences faites aux femmes : Noir et Blanche, film de Jean Laurent Faubourg

Dans le cadre de l’engagement des personnels du collège Achille Grondin dans la lutte contre les violences faites aux femmes et pour l’égalité entre les filles et les garçons,  les élèves des classes 301, 302, 305 et 308 ont rencontré Jean Laurent Faubourg, réalisateur du film « Noir et Blanche ».

La rencontre s’est réalisée en deux temps. Dans un premier temps, au CDI du collège, en présence de leurs enseignants, les élèves ont échangé avec lui sur tous les thèmes évoqués dans la bande annonce, dans l’affiche du film et quelques photographies du tournage. Pendant deux heures, les élèves ont pu s’exprimer sur la condition féminine, les violences faites aux femmes, le partage des tâches domestiques, le sexisme, l’effet de groupe sur les individus, la vie dans les hauts et dans les bas de l’île de la Réunion, les clichés mais aussi les métiers du cinéma, les techniques de prise de vue… L’objectif était de faire émerger les représentations des élèves et de les faire évoluer par le dialogue et l’échange dans le respect de la parole de chacun. Jean Laurent Faubourg, de par sa personnalité généreuse et enthousiaste a permis aux élèves de s’exprimer librement et avec sincérité sur tous ces sujets. Son film est un excellent film et un support de qualité pour échanger et faire passer des messages de respect.

Dans un second temps, une semaine après, nous nous sommes tous et toutes retrouvés pour le visionnage du film en présence du réalisateur à l’auditorium de la ville réservé gratuitement pour l’occasion pour nous par Gaëlle Lauret du CLSPD de la ville de Saint Joseph. Le visionnage du film a été suivi d’un nouvel échange. Ainsi, le temps de débattre de tous les thèmes évoqués dans le film a été pris afin que la réflexion continue de cheminer dans l’esprit de chaque élève pour faire évoluer favorablement la lutte contre les inégalités, les injustices et les violences faites aux femmes réunionnaises et celles d’ailleurs.